photo_barathym_mousseu

Barathym mousseux

Fin, vineux et très agréable en bouche, il est particulièrement souple et équilibré. Le Barathym est de couleur dorée, avec des arômes : de pêche blanche, jasmin, cédrat, amandes douces, épices. Lors de la dégustation, on ressent en bouche, beaucoup d’intensité contrebalancée par une belle fraîcheur qui apporte un équilibre parfait. Vous l’apprécierez à l’apéritif ou toutes occasions festives et en accompagnement de fruits de mer, poissons et viandes blanches.

13,33 € la bouteille

Soit 80,00 € le carton de 6 bouteillesIn stock
Année


  • Cépages
  • Elevage
  • Terroir et rendement
  • Vinification
90% Roussane, 10 % Grenache
Vieillissement de 9 mois, bouteilles couchées.
1 ha sur le Causse D’Aumelas à 350m d’altitude (amplitude thermique favorisant la maturation phénolique). Coteaux argilo-calcaire et grés peu fertile où s’alternent grés diaclasé et couche d’argile permettant la gestion hydrique nécessaire dans ce contexte climatique sec. Conduite de la vigne en cordon de Royat. 5000 pieds/ hectare plantés il y a 15 ans sur le plus haut terroir des grès de Montpellier. Vin élaborée en Agriculture BIOLOGIQUE.
Rendement de 20 hectolitres/hectare. Vendange manuelle pour un premier tri sur la parcelle et respecter au mieux les baies. Vinification traditionnelle en cépages séparés avec pressurage, débourbage à froid et contrôle des températures. Bâtonnages. Méthode traditionnelle, celle des champenois .La transformation en vin effervescent se fait en bouteilles. On procède au tirage, c’est-à-dire la mise en bouteille du vin de base, additionné de sucre, de levures et d’adjuvants de remuage. Cette fermentation en bouteille est appelée «prise de mousse», elle entraîne la disparition du sucre, la formation d’alcool, la production de gaz carbonique et la formation d’un dépôt. Suivent alors l’élevage et le remuage. Les bouteilles sont entreposées à basses températures (5 à 13 degrés) durant plusieurs mois selon les règlements en vigueur de l’appellation. Le remuage consiste à clarifier le vin par rotation des bouteilles, qui sont entreposées à l’envers, le goulot vers le sol, dans une inclinaison progressive. C’est-à-dire qu’on rassemble le dépôt dans le col de la bouteille. Le remuage (Le gyropalette) est un casier de métal pouvant contenir plus de 500 bouteilles retournées qui, grâce à un mouvement de rotation et de basculement, permet aux levures de progresser lentement vers le goulot. On procède ensuite à la phase de dégorgement, soit l’expulsion de ce dépôt de levures mortes. On congèle ce dernier en trempant quelques minutes le goulot de chaque bouteille dans un bain de saumure à – 25 degrés, puis on la retourne en la décapsulant simultanément. La pression contenue sous ce bouchon glacé de levures exerce une poussée qui l’éjecte immédiatement. Enfin, la phase de dosage va déterminer la nature du vin : c’est l’addition de la liqueur 6 mg dite de dosage ou d’expédition, qui est un mélange de sucre de canne très pur et de vieux vins, qui établit la catégorie Brut, Extra dry, Sec, Demi sec ou Doux. Le bouchage, le museletage et l’habillage sont les phases finales de l’élaboration du vin.